Pourquoi utiliser Google Analytics ?

Contrairement aux idées reçues, être propriétaire d’un site internet est une activité à part entière, dès lors qu’il s’agit de le rendre visible aux yeux des internautes. En effet, si au commencement du web, les techniques pour accroître sa visibilité étaient plutôt accessibles, cela n’est plus le cas aujourd’hui. Pour commencer, les technologies utilisées pour y parvenir ne sont plus les mêmes qu’auparavant, des contenus dynamiques ayant fait leur apparition grâce à l’émergence de nouveaux langages informatiques.

Dans un second temps, la concurrence pour les éditeurs de site est de plus en plus forte chaque jour, ce qui entraîne une certaine incertitude chez ces derniers quant à leurs capacités à se frayer un chemin parmi les milliards de sites présents sur la toile. Face à ce constat, les entrepreneurs 2.0 sont obligés de recourir à divers outils d’analyse, dont Google Analytics. Voyons pourquoi cet outil est indispensable pour promouvoir le site de son entreprise.

Zoom sur Google Analytics

Les moyens actuels des administrateurs de sites internet ne sont plus les mêmes qu’auparavant. Le nombre de sites internet est en constante augmentation et les années à venir vont amplifier ce phénomène. Parallèlement à cela, il n’a jamais été aussi simple de mesurer ses actions, et d’avoir à sa disposition des données cruciales pour développer son entreprise sur la toile. Fini le temps où les visiteurs allaient et venaient sur des sites sans que les éditeurs eux-mêmes n’en soient informés ! Dorénavant, les sites visités déposent des cookies que les navigateurs stockent. C’est en grande partie grâce à ce mécanisme que les sites internet se souviennent des profils de leurs visiteurs et enregistrent en même temps la manière dont ces derniers se comportent au cours de leur navigation.

Cette collecte d’informations permet aux divers outils d’analyse, dont Google Analytics, d’identifier plus précisément les internautes afin de leur proposer un contenu toujours plus adapté à leurs besoins. GA (Google Analytics) se propose par ailleurs d’analyser le trafic des sites et d’effectuer un certain nombre d’actions rectificatives pour tenter de l’améliorer. Dès lors, cet outil sert non seulement à collecter des informations à des fins statistiques, mais aussi à effectuer des reportings, des actions correctives, des calculs divers (ROI…).

Toutefois, il est important de noter que ce dispositif, bien que gratuit, nécessite une certaine maîtrise pour pouvoir être exploité efficacement. Aussi, pour acquérir cette maîtrise, plusieurs professionnels aguerris au fait des dernières innovations en la matière, comme nicolas-jardillier.com, proposent leurs services aux éditeurs de sites afin de les aider à utiliser ce type d’outil pour leur business.

Car, s’il est admis que Google Analytics peut aider les entrepreneurs à être plus performants en optimisant leur taux de conversion (CRO), il est également courant d’en faire une mauvaise analyse pouvant entraîner des conséquences fâcheuses.

Comment Google Analytics traque-t-il les données des internautes ?

Pour que Google Analytics puisse récolter toutes les actions opérées par vos visiteurs, il est nécessaire pour lui de traquer ces actions à l’aide d’un code JavaScript à installer sur toutes les pages. Pour que ce dernier soit opérationnel, il vous faudra copier-coller un bout de code qui viendra s’exécuter côté client sur le navigateur de vos visiteurs dès lors qu’ils surferont sur l’une de vos pages.

De cette façon, vous aurez entre autres à votre disposition un historique des différentes activités de votre site ainsi que des données sur vos visiteurs, en particulier des informations sur leurs centres d’intérêt, leur âge et leur sexe. De cette manière, chaque visiteur associé à un identifiant unique verra ses différentes activités sur votre site référencées en fonction de différents niveaux, au sein de l’interface administrateur (clic sur un bouton, temps passé, nombre de pages visitées…).

Si vous craignez de mal vous y prendre, sachez qu’il existe de nombreux outils pour vous permettre d’intégrer le bout de code HTML au sein de toutes vos pages assez facilement. On pense notamment à Google Tag Manager, qui offre la possibilité aux éditeurs d’implémenter tous les codes nécessaires à l’aide d’une interface unique sans toucher au code source de la page.

Sélectionner les meilleurs KPI

Les indicateurs clés de performance, appelés aussi KPI (Key Performance Indicator), permettent de mesurer très précisément l’efficacité des diverses actions menées sur votre site ou des actions à venir dans le but d’atteindre l’objectif précis que vous vous êtes fixé. C’est pourquoi vous devez sélectionner les KPI correspondants à vos besoins et les analyser en permanence pour constater d’éventuels changements. Ces KPI peuvent concerner :

  • Le taux de rebond : il s’agit du pourcentage de visiteurs se contentant de ne parcourir qu’une seule page de votre site avant de le quitter. Un taux de rebond élevé n’est pas forcément mauvais signe, mais si la majorité des visiteurs en arrivant sur votre page d’accueil la quittent, il y a fort à parier que cela vienne du contenu de cette dernière ou que les visiteurs soient mal ciblés.
  • Les pages les plus fréquentées : grâce à ce dispositif, vous pouvez savoir quelles pages de votre site sont les plus visitées et chercher dès lors à en comprendre les raisons. Ont-elles fait l’objet d’un traitement particulier de votre part ? Sont-elles mieux placées dans l’arborescence de votre site ?
  • Le temps de lecture des pages : cet indicateur peut vous aider à connaître les pages qui suscitent le plus d’attention chez vos visiteurs. Admettons que vous constatiez qu’une page relativement peu visitée en comparaison d’autres soit particulièrement appréciée pour son contenu, vous pourriez alors envisager des actions pour la mettre davantage en valeur. Ainsi, elle pourra générer plus de trafic. Parfois, cet indicateur est mauvais en raison d’une mauvaise expérience utilisateur (UX) au sein de votre site. Dans ce cas, il convient de revoir la structure de celui-ci pour faciliter la navigation à l’aide de Wireframes.
  • Le nombre de pages visionnées : cet indicateur peut vous permettre de réaliser des statistiques sur des périodes précises (jour, semaine, mois, année). Mais aussi de revoir certains problèmes d’indexation possible et/ou de structure liés à votre site.
  • Les sources d’acquisition de votre trafic : cet indicateur est très utile pour savoir d’où proviennent vos visiteurs. En effet, il permet de quantifier le pourcentage de visiteurs venant des réseaux sociaux, du référencement naturel lié aux positionnements des mots-clés de votre site, de vos campagnes publicitaires, etc. L’idéal est d’avoir des canaux d’acquisition à peu près égaux pour éviter les effets de dépendance.
  • Les usages desktop/mobiles : ce ratio permet entre autres de savoir sur quel outil se connectent vos visiteurs pour accéder à votre site. Si la moitié d’entre eux utilisent de plus en plus le téléphone portable, il vous faudra alors prendre en compte ce point pour améliorer l’expérience des internautes.

Cette liste n’est pas exhaustive. Vous pouvez ainsi, grâce à Google Analytics, regrouper d’autres données pour travailler sur votre taux de conversion et accroître par là même votre chiffre d’affaires. Pour faciliter votre travail au quotidien, vous avez également la possibilité, avec l’aide de professionnels, de définir un tableau de bord personnalisé par le biais d’outils prévus à cet effet comme Google Data Studio, rendant votre analyse et vos prises de décision plus simples. Nous ne saurions que trop vous recommander d’utiliser à bon escient cet outil pour votre entreprise et pour cela de faire appel à un professionnel, ne serait-ce que pour être certains de récolter les bonnes informations de la façon la plus efficace possible.